Le vampire dans la littérature occidentale

Aujourd'hui, le vampire fascine toujours et revient en force via la littérature, le cinéma, les jeux de rôles, la musique...
Le fantasme des créatures buveuses de sang remonte à très loin : mythes, légendes, folklores et superstitions de toutes les civilisations en témoignent. Le vampire, héritier de ces croyances, apparaît en même temps que le mot qui le désigne au début du 18ème siècle. Depuis, il ne cesse de hanter l'imaginaire collectif occidental. Figure primordiale de la littérature fantastique, il représente l'horreur, le mal absolu...
A travers l'approche du vampire littéraire, son histoire, son évolution, ce dossier tente de montrer sur quoi se fonde l'engouement pour ce personnage mythique.
Plus qu'une créature surnaturelle, le vampire serait-il l'incarnation des craintes et préjugés d'une époque ? Une figure cristallisant les questions qu'une société se pose sur la vie, la mort, la sexualité ?

 

Auteur : Marie-Pierre Fournié
E-mailmariepierre.fournie@ouestprovence.fr
Publication : Février 2011
Mise à jour : Avril 2017

Partager "Le vampire dans la littérature occidentale" sur facebookPartager "Le vampire dans la littérature occidentale" sur twitterLien permanent

Origines mythiques et folkloriques du vampire. L'entrée en littérature du vampire

Mythes, récits antiques et bibliques traduisent une fascination pour le sang universelle  et une croyance à l'existence des  morts-vivants s'appuyant sur une crainte de la mort et du retour des morts. Quant au vampire, il est né de croyances populaires au Moyen-Âge…
[En savoir plus]

Dracula de Bram Stoker ou La fondation du mythe littéraire du vampire

Héritier du roman gothique  anglais et irlandais ainsi que des mouvements pré-romantiques et romantiques européens, le vampire, avec Dracula (1897), devient la figure majeure de la littérature fantastique et de la littérature d'horreur anglo-saxonne. Au point que les deux termes deviennent synonymes. Les caractéristiques propres aux créatures de la nuit sont définies. Le comte Dracula est une créature damnée, « Seigneur des ténèbres »,  incarnation d'Eros et de Thanatos, « figure dichotomique du Bien et du Mal », porteur de toute la symbolique du Sang. Le roman est l'acte de naissance du mythe moderne que le cinéma, né à la même époque, contribuera à amplifier.
[En savoir plus]
Avec Anne Rice, le vampire se renouvelle

« Jusque dans les années 1950, il était rare de rencontrer des histoires où le vampire était le narrateur. Depuis, le vampire se confesse et parle de son ennui et de sa solitude face à l'éternité. »
Avec ses Chroniques des vampires qui débutent en 1976 par Entretien avec un vampire, Anne Rice donne ainsi une seconde jeunesse au mythe des buveurs de sang ; une nouvelle face du personnage est montrée, mettant en avant ses tourments moraux sur sa  véritable nature. Occasion pour  Anne Rice de donner une interprétation personnelle des origines des vampires, et d'axer une bonne partie de l'œuvre autour des interrogations métaphysiques et morales qui peuvent les tenailler.
[En savoir plus]
Le vampire littéraire aujourd'hui : La Bit-Lit et le phénomène Twilight

Un mythe contemporain qui séduit les adolescents ? Un affadissement du mythe ?
« Dans la Saga du désir interdit (Twilight en anglais) débutée en 2005, les vampires imaginés par Stephenie Meyer, bien différents du vampire traditionnel, vivent parmi les humains et mènent une vie normale en se nourrissant uniquement de sang animal, quand d'autres suivent le régime alimentaire traditionnel. Le vampire cesse d'être néfaste ou repoussant dans les romans d'Anne Rice pour devenir protecteur avec la saga de S. Meyer. Son image a rajeuni et on lui prête des côtés humains : séducteur, doté d'une âme, d'une conscience, à la recherche de compagnie et d'amour. »
[En savoir plus]
La Littérature vampirique : évolution et postérité

Avec Dracula le vampire devient un personnage de fiction à part entière et surtout le vampire référent, matrice de toutes les histoires de vampires à venir et de leurs variations. De fait, de 1897 au 21ème siècle, la figure du vampire ne cesse d'évoluer selon le époques, au fil des récits et de l'imagination des auteurs et investit les différents genres et formes littéraires : fantastique, horreur, SF, fantasy, roman policier, romans historiques,  roman sentimental, bandes dessinées, littérature érotique, littérature pour la jeunesse ; on le retrouve même dans des récits où l'humour, l'ironie dominent.
[En savoir plus]
Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent
Partager "Littérature" sur facebookPartager "Littérature" sur twitterLien permanent
Partager "Pour aller plus loin" sur facebookPartager "Pour aller plus loin" sur twitterLien permanent
  • Littérature fantastique, roman gothique, romantisme frénétique...

    Le fantastique : voir l'article sur Wikipedia

    Le roman noir : voir l'article sur Larousse.fr

    Partager "Littérature fantastique, roman gothique, romantisme frénétique..." sur facebookPartager "Littérature fantastique, roman gothique, romantisme frénétique..." sur twitterLien permanent
  • Bit'lit

    "Mélange de romance et de créatures extraordinaires comme les vampires, la Bit'lit est un sous-genre de la Fantasy urbaine. Littéralement le mot «bit» (prétérit du verbe anglais to bite) signifie mordre et «lit» fait référence à un autre genre, la «chick lit» ou littérature pour filles."
    Source : la FNAC livres

    Laurell K. Hamilton est considérée comme l'initiatrice de ce nouveau courant littéraire populaire.

    Partager "Bit'lit" sur facebookPartager "Bit'lit" sur twitterLien permanent
  • Mythe littéraire

  • Mythe littéraire du vampire

    "Les trois bases du mythe du vampire sont la mort, le sexe, le sang, définies par le tabou du sang et de l'impureté... Le mythe du vampire joue sur l'aspect dangereux du sang et des ténèbres."
    Source : Le vampire au fil des siècles : enquête autour d'un mythe, Estelle Valls Gomes

    Partager "Mythe littéraire  du vampire" sur facebookPartager "Mythe littéraire  du vampire" sur twitterLien permanent
  • Eros et Thanatos

    Voir l'article sur Simbadi.com

    Partager "Eros et Thanatos" sur facebookPartager "Eros et Thanatos" sur twitterLien permanent
  • Mort

  • Sang

    "Toute définition du sang appelle son contraire. Le sang souille et purifie, il est masculin et féminin, faste ou funeste, bienfaisant ou dangereux, et le répandre peut être crime ou acte sacré."
    Source : Le sang : mythes, symboles et réalités, Ed. Fayard, 1988

    «La plus marquante des transgressions opérées par le vampire et qui donne au mythe toute sa dimension maléfique reste la consommation de sang, symbole de la vie.»
    Source : Le vampire au fil des siècles : enquête autour d'un mythe, Estelle Valls de Gomis

    Partager "Sang" sur facebookPartager "Sang" sur twitterLien permanent
  • Vampire

    "Une créature de la nuit ni morte ni vivante condamnée à vivre dans les ténèbres et boire du sang pour conserver son immortalité."
    Source : Wikipedia

    "N.C. (all. Vampir, du slave)
    1. Mort qui aurait la capacité de sortir du tombeau pour sucer le sang des vivants et mettre ces derniers à son service.
    2. Fig. Personne qui s'enrichit du travail d'autrui.
    3.Chauve-souris d'Amérique tropicale, qui se nourrit exclusivement du sang des mammifères, grâce à des dents très coupantes et à une salive anesthésiante et anticoagulante."
    Source : Petit Larousse illustré

    Voir aussi la définition de Vampiredarknews.com

    Partager "Vampire" sur facebookPartager "Vampire" sur twitterLien permanent
  • Vampires à travers le monde : appellations et définitions

  • Dhampire

  • Goule

  • Lamies, Empuses et Stryges

    "Divinités sanguinaires d'apparence féminine de la mythologie gréco-latine qui sucent le sang de leurs victimes endormies. Ce ne sont pas des mortes-vivantes mais des divinités désincarnées capables de prendre une apparence humaine pour séduire les mortels. A noter la ressemblance du mot stryge avec strigoï, terme générique qu'emploient les Roumains depuis le 17è siècle pour désigner les vampires."
    Source : Sang pour sang : le réveil des vampires, Jean Marigny

    Partager "Lamies, Empuses et Stryges" sur facebookPartager "Lamies, Empuses et Stryges" sur twitterLien permanent
  • Lamia

    "Une des premières préfigurations de la femme fatale et de la femme vampire. Travestissant par magie son aspect repoussant,  elle apparaissait à ses amants comme une femme d'une ensorcelante beauté, puis, après les avoir séduits, leur suçait le sang."
    Source : Sang pour sang : le réveil des vampires, Jean Marigny

    Voir aussi l'article sur Wikipedia

    Partager "Lamia" sur facebookPartager "Lamia" sur twitterLien permanent
  • Lilith

    "Lilith, première femme d'Adam avant la création d'Eve ; équivalent des lamies dans les récits rabbiniques elle est un lointain avatar de la Lilitû babylonienne,. Répudiée par le premier homme, Lilith est devenu par la suite la reine des démons et des esprits mauvais. Comme les lamies et les stryges, elle suce le sang des nourrissons et elle dépouille les jeunes hommes de leur vitalité et de leur puissance virile pendant leur sommeil. Aux yeux des Hébreux, Lilith est avant tout coupable de transgresser le tabou absolu de la Loi mosaïque qui interdit de consommer le sang des êtres vivants."
    Source : Sang pour sang : le réveil des vampires, Jean Marigny

    Partager "Lilith" sur facebookPartager "Lilith" sur twitterLien permanent
  • Splatterpunk

    Ce terme fut forgé par l'écrivain et critique David J. Schow au milieu des années 80 pour désigner un courant littéraire inspiré par le mouvement punk (à l'instar du cyberpunk et du steampunk).
    Source : Wikipedia

    Partager "Splatterpunk" sur facebookPartager "Splatterpunk" sur twitterLien permanent
Partager "Des romans, des films : Bandes annonces" sur facebookPartager "Des romans, des films : Bandes annonces" sur twitterLien permanent
Partager "Images" sur facebookPartager "Images" sur twitterLien permanent