Langue des signes française

Selon une étude réalisée par l'INSEE en 2008, la surdité touche 8,7% de la population française métropolitaine. Parmi les personnes concernées, 119 000 utilisent la LSF. Bien qu'aujourd'hui, cette langue soit officiellement reconnue, le parcours fut long depuis sa conception jusqu'à sa consécration. De fait, sans la persévérance de la communauté sourde, sa mobilisation à travers de nombreuses associations, ce langage aurait peut-être sombré dans l'oubli. Pour autant, tous les problèmes ne sont pas résolus et de nombreuses difficultés persistent dans la scolarisation des enfants, l'accès aux études supérieures et la formation professionnelle. Parallèlement, l'accès à l'éducation et à la formation ne sont pas les seuls domaines de revendication de la communauté sourde. En effet, les personnes atteintes de surdité ne se reconnaissent pas majoritairement comme souffrant d'un handicap, mais plutôt comme porteuses d'une singularité. Ce caractère propre doit donc être pris en compte afin de proposer des outils facilitant leurs activités quotidiennes tout en leur permettant un accès plus aisé à la culture.

Auteures : Nadia Le Palabe, Nadine Puig
E-mail : nadia.lepalabe@ouestprovence.fr ; nadine.puig@ouestprovence.fr
Publication :Février 2014
Mise à jour : Mai 2017

Partager "Langue des signes française" sur facebookPartager "Langue des signes française" sur twitterLien permanent

Histoire

De façon immémoriale, les personnes sourdes ont utilisé des signes manuels et des mimes pour communiquer. Dès le Xe siècle apparaît un alphabet manuel. Cependant il faut attendre le XVIIIe siècle pour qu' une "institution éducative" voit le jour à l'initiative de l'Abbé de L'Epée. Cette période d'enseignement de la langue des signes ne durera que peu de temps. En effet, en 1880 au Congrès de Milan,  l'oralité est privilégiée dans l'enseignement, ce qui met un terme à l'apprentissage de la langue des signes. Pour autant, ce langage ne disparaît pas. De nombreuses associations permettent sa diffusion, mais il faudra attendre 1977 soit, presque 100 ans, pour que son enseignement soit à nouveau autorisé!
En 2005, la LSF est enfin reconnue comme une langue à part entière...

Formation

De nombreuses associations sur tout le territoire français permettent l'apprentissage de la LSF. Cependant, comme toute langue, sa maîtrise demande un enseignement rigoureux, sanctionné par des diplômes. Il existe ainsi un diplôme de compétences en LSF. Ce diplôme s'adresse à tout adulte voulant faire reconnaitre sa maîtrise de la langue. Il répond aux exigences du Cadre Européen commun de référence pour les langues. Certaines universités des grandes villes françaises proposent un enseignement permettant d'obtenir un DU, diplôme universitaire. Voici une présentation en LSF, d'une licence et d'un Master. Celui-ci permettant d'accéder à la profession d'interprète. Voici un cas concret au sein d'une entreprise. Ces formations se font souvent en collaboration avec des associations, telle Visuel-LSF dont le réseau couvre la France. Les motivations des apprenants sont diverses. Cet enseignement est aussi accessible en région Paca, par les universités et les associations. Il s'agit de promouvoir l'accès à cette langue, afin de permettre aux enfants sourds de bénéficier d'un enseignement de qualité, c'est dans cette optique que nous saluons la création du CAPES de LSF, 2010 !

Enseignement

De nombreux professionnels insistent sur la nécessité de familiariser très tôt le jeune enfant avec la LSF.En effet, comprendre et se faire comprendre, est indispensable pour le développement intellectuel du jeune enfant. Certaines associations proposent des cours adaptés pour les parents. Cet apprentissage précoce est déterminant pour une bonne intégration dans les écoles. Il est aussi possible de se familiariser avec la LCP : Langue Parlée Complétée. Cette langue associe gestes et paroles et permet aux personnes sourdes de communiquer avec les entendants en s'appuyant sur la lecture labiale. L'éducation nationale souhaite favoriser l'accueil des enfants sourds dans les structures scolaires. L'élève sourd peut être accompagné d'un codeur. Cependant, si ce souhait est louable, la réalité demeure problématique, car peu d'enfants ont accès à l'enseignement. Il existe aussi des établissements spécialisés à Paris ou en régions permettant de suivre un cursus scolaire ou professionnel. Toutefois des problèmes et des dysfonctionnements subsistent, notons aussi les projets novateurs comme l'école de Ramonville, ou bien la création d'une option LSF au baccalauréat. Parallèlement, à cet enseignement scolaire, de nombreuses associations proposent des cours de LSF et un accompagnement des étudiants dans le milieu universitaire.
De nombreux sites permettent de se familiariser avec cette langue et des éditeurs proposent une palette de livres afin de développer ses connaissances.

Linguistique de LSF

Des études menées par des linguistes ont mis en lumière que la communication gestuelle établie entre les sourds avait toutes les caractéristiques d'une langue. En effet, la langue des signes française est une langue naturelle, une langue à part entière au même titre que les langues parlées telles que le français, le chinois ou l'anglais. C' est une langue visuelle et gestuelle. C'est aussi une langue iconique. Elle comporte une grammaire et une syntaxe , les phrases se construisent selon un ordre précis. Elle possède un alphabet : l'alphabet dactylogique. Il sert à représenter des lettres et non des mots entiers comme le permet par ailleurs cette langue. Dans son cours de linguistique générale, Ferdinand de Saussure écrit: "Les hommes auraient aussi bien pu choisir le geste et employer des images visuelles au lieu d'images acoustiques."

Culture sourde et vie quotidienne

Existe-il une communauté sourde ? Oui, une communauté dynamique, qui souhaite une reconnaissance de sa particularité. Les sourds militent également pour la reconnaissance de leurs droits. Ils se retrouvent au sein d'une fédération et de nombreuses associations, afin de faire connaître leurs revendications. A cet effet, une fois par an, ils organisent une JMS, "Journée mondiale des sourds".
Dans tous les domaines de la vie courante, ils souhaitent que la LSF soit visible, afin de favoriser l'accès des malentendants. Certaines initiatives sont positives : un accueil dans les centres hospitaliers, dans certains musées, les aéroports, les  médiathèques et les cinémas. Mais force est de constater que la prise en compte de cette population demeure insuffisante et bien souvent les sourds doivent faire appel à un interprète afin d'accéder aux informations qui leurs sont nécessaires. Internet contribue aussi à faciliter le quotidien des malentendants. Notons cette initiative : pour gérer un litige avec un commerçant, commander un taxi ou une chambre d'hôtel, un site permet de mettre en relation le client et l'entreprise concernée. Ou bien ce site qui prépare les malentendants à l'examen du permis de conduire. Mais c'est sans doute dans le domaine culturel que la communauté sourde est le plus en demande. Des associations proposent des spectacles vivants. Il existe d'ailleurs un magazine culturel accessible sur le Web et proposant les articles en lecture ou bien par vidéos en LSF. Que ce soit par l'art théâtral, la danse, la musique, ou bien l'opéra, le corps s'exprime... Chaque année, la communauté organise son propre Festival Culturel.
Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent

Accessibilite sur le web

Blog instructif.

Afils.f

Interprètes LSF

Aile.revues.org

Iconicité en langue des signes.
< Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | Suivant >
Partager "Images" sur facebookPartager "Images" sur twitterLien permanent