CamusIl aurait eu cent ans le Sept Novembre. En cette année commémorative, nombre d'hommages ont été rendus. Camus : le sportif émérite, le résistant des premières heures, le fervent opposant à la peine de mort ou encore le communiste repenti... De lui, sans doute connaissions-nous déjà la révolte chevillée à l'âme, l'engagement humaniste inaltérable du journaliste et de l'écrivain, la philosophie sur l'absurdité de la condition humaine, qui jalonne son œuvre couronnée par le Nobel de Littérature en 1957. Mais, au-delà de cette image publique, souvent teintée d'austérité, que savons- nous du “pauvre parmi les pauvres, de l'enfant parmi les enfants” de ce quartier Algérois de Belcourt, comme le décrit son ami Jean Daniel dans son documentaire “La tragédie du bonheur”?
De cet écolier miséreux et brillant ? De cet adolescent tuberculeux et pourtant tellement épris de soleil et de sensualité ? De cet homme incorrigiblement amoureux et si terriblement douloureux?
De ce père bienveillant et rieur, pétri des valeurs que confère la dignité des humbles ? De cet ami fidèle et débordant de vie, compagnon de fête, amateur inconditionnel de danse et de plaisanteries ?
De ce méditerranéen en exil perpétuel et qui n'aura de cesse de retrouver les lumières du pays de l'enfance ?
Lever le voile, envisager l'homme privé, c'est ce que ce dossier vous propose : entrevoir l'intime, deviner Albert au-delà de Camus, dans son infatigable quête du bonheur, dans son inépuisable révolte contre tout ce qui pourrait empêcher l'homme d'être heureux...
Nous ne pourrons que constater, alors, leur lien inextricable, Albert attaché à Camus, Camus à Albert, dans une limpide réalité : l'indéfectible fidélité à SOI. 

Auteures : Marie-Hélène CATHALA-FAIRET, Magali ROMAN
E-mail :  mariehelene.cathalafairet@ouestprovence.fr ; magali.roman@ouestprovence.fr
Date :décembre 2013

Partager "Camus l'intime" sur facebookPartager "Camus l'intime" sur twitterLien permanent

 

CAMUS : L'ENFANCE

Albert Camus est né le 07 novembre 1913 à Mondovi en Algérie. Son enfance se passe à Alger dans une famille pauvre du quartier populaire de Belcourt où il grandit dans la précarité et une certaine solitude. Néanmoins le jeune Camus est un enfant curieux et volontaire puis un adolescent passionné et amoureux de sa terre natale. Camus dira de ses années de jeunesse, « J'ai grandi dans la mer et la pauvreté m'a été fastueuse. Puis j'ai perdu la mer et tous les luxes m'ont paru gris et la misère intolérable ». Personne autour de lui ne sait lire et l'enfant Camus grandit auprès d'une implacable grand-mère et d'une mère quasiment sourde, silencieuse et absente mais dont la présence même lointaine lui sera toujours primordiale. Son père, qu'il n'a jamais connu, est mort prématurément lors de la première guerre mondiale. Il sera ensuite pris en charge quelques années par son oncle boucher, homme cultivé et admirateur d 'Anatole France et de Gide, propriétaire d'une fabuleuse bibliothèque. Premiers pas vers la littérature et la culture pour Camus ...
Très vite l'école apparaît comme un royaume au petit Albert Camus grâce notamment à un homme, Louis Germain. Cet instituteurle prend sous son aile, le fait travailler contre l'avis de son intraitable grand-mère lui permettant ainsi d'obtenir une bourse. Il intègre le lycée Bugeaud d'Alger où il passera son baccalauréat en 1932 et où il développera un amour inconditionnel pour la littérature. Le sport se révèle également un formidable moteur pour le jeune Camus. Le football, où il joue en tant que gardien de but, lui apprend le sens du partage et le goût de l'effort. Solitaire dans sa cage mais solidaire du groupe... Solitaire et solidaire, cette dualité correspond vraiment à ce qu'il est et ce qu'il vit et le restera tout au long de sa vie. Quelques années plus tard, Albert Camus découvre la philosophie en intégrant la classe du philosophe Jean Grenier, qu'il connait depuis 1930 et qui deviendra son ami. Malheureusement, atteint de tuberculose, il ne sera pas en mesure de passer l'agrégation et de se destiner ainsi au professorat comme il le souhaitait. C'est ainsi que le destin d'Albert Camus va basculer …

CAMUS ET LES FEMMES

Camus, l'homme public est incontestablement celui des convictions et des prises de positions fermes, ne craignant ni les critiques ni les détracteurs. L'homme privé, quant à lui, l'homme amoureux, n'aura de constance que dans l'indécision. Dans l'incapacité indéniable à opérer des choix véritables il multipliera les liaisons, parfois concomitantes. Sa première grande histoire d'amour Camus la vit avec sa mère, cette figure féminine à priori absente, murée dans sa surdité et sa condition sociale, mais dont le silence ne cessera jamais de délivrer des messages d'affection et de tendresse. Albert a vingt ans lorsqu'il rencontre la fiancée de son ami poète Max-Pol FouchetSimone Hié. Il la lui ravit et l'épouse sur un coup de tête en 1934. Fille de médecin, elle lui ouvre les portes de la haute société Algéroise. Mais cette beauté sulfureuse s'abîme dans les méandres de la toxicomanie et du libertinage. Trompé, Camus divorce en 1936. Traversant une période de doute, il s'installe en colocation avec deux jeunes étudiantes, fait notable pour l'époque. La maison, dite "maison Fichu", sera le cadre de l'écriture d' "Une mort heureuse". Christiane Galindo une amie des deux jeunes femmes,devenue sa maîtresse, tapera le manuscrit et lui inspirera ses " Noces à Tipasa", nées d'une escapade sensuelle au soleil de cet été 1937. C'est cette même année qu'il rencontre celle qui l'accompagnera, malgré les tourmentes à venir, jusqu'au bout du chemin : Francine Faure. Pianiste virtuose, professeur de mathématiques, Francine est belle et brillante. Attributs qui qualifieront chacune des conquêtes de Camus, l'amoureux inassouvi. Il l'épouse en zone libre, à Lyon, le 3 Décembre 1940, puis Francine repart pour l'Algérie tandis que Camus rejoint la capitale occupée. En 1944 la passion prend les traits hispaniques d'une grande comédienneMaria_Casarès , avec laquelle il entretient une liaison faite d'éloignements et de retrouvailles et qui interprètera le répertoire Camusien jusqu'à la disparition de l'homme de théâtre. Francine, revenue en France souffre terriblement des amours publiques de son époux, bientôt père de leurs jumeaux, qui naîtront en 1945.
Il y aura aussi, dans la vie de l'impétueux séducteur, Patricia Blake, sa jeune guide lors d'un voyage aux états-unis en 1946 puisCatherine Sellers, pétillante actrice de théâtre qui jouera en 1956 dans l'une de ses adaptations. Mi, enfin, jeune peintre Danoise restée par choix dans l'anonymat, de 20 ans sa cadette et qui sera son dernier rivage terrestre. Francine, malade d'amour, qui inspire à Camus l'écriture de "La chute", aura tout supporté de cet être solaire et "fantastiquement sensuel", comme le définit sa propre fille, Catherine. C'est à la seule femme qu'il n'aura cessé d'aimer et de rechercher à travers toutes les autres sans doute, que Camus dédiera sa dernière oeuvre, "Le premier homme" : sa mère.

CAMUS LE PERE

C'est le 5 Septembre 1945 que naissent à Boulogne Billancourt les jumeaux d'Albert et Francine Camus : Catherine et Jean Jean, qui a choisi une vie anonyme, n'est apparu publiquement dans les médias que pour s'opposer en 2010 au transfert de son père au Panthéon. L'écrivain n'aimait pas les honneurs, celui-ci serait allé, selon son fils, à l'encontre de l'Oeuvre et de l'homme. La discrétion, un maître-mot dans la famille Camus. our Catherine, les choses ne seraient certainement pas très différentes si elle n'avait dû, à la suite du décès de leur mère, reprendre le flambeau pour la gestion de l'oeuvre paternelle, en 1980. Ce que nous apprenons de la figure du père, c'est elle qui l'égrène, au fil de quelques rares interviewes. Les termes y sont toujours pesés, dans cette recherche de vérité et cette pudeur qui lui ont été transmises.
«Jamais il ne parlait de lui, sauf un jour où […] il m'a dit: «Je suis seul...» Sinon, les choses étaient légères avec lui. Enfant, je n'ai jamais su qu'il était célèbre...".
De cet homme qui n'a pas eu "la culture au biberon"", elle a appris que le malheur, "il ne faut pas s'y complaire [...]." Dès que l'on peut être heureux, il faut être heureux". Ce goût du bonheur Camusien, nous le retrouvons bien là. Un père que l'on voit "danser et rire", la menace insidieuse de la tuberculose le poussant à "vivre l'instant". Cependant il n’aura de cesse d'inculquer à ses enfants, certainement à cause du dénuement de sa propre jeunesse, que "la vie facile est quelque chose d'extrèmement dangereux". Jamais de superflu : "Les chaises qui font mal aux fesses" du salon familial illustrent avec humour cette austérité matérielle quelque peu monastique. Pourtant, chez les Camus, on apprend qu’il ne faut pas se plaindre, que l’on n’est jamais une victime . L‘on est très libres aussi, mais d’une liberté qui, par essence, ne se sépare pas de la responsabilité des actes.
De celui qui lui a appris à haïr le mensonge, Catherine Camus dira encore en substance : " C'était quelqu'un de rassurant, de juste, d'éthique et de tendre". Afin de mettre en lumière ce père aimé, elle lui consacre un ouvrage, "Solitaire et solidaire", paru en 2009. Sa disparition tragique, ce 4 Janvier 1960 : " Ca a été pire qu'un tremblement de terre". Jean et Catherine ont alors 14 ans. Ironie du sort ou absurdité de la condition humaine : sur une route de l'Yonne droite et sèche, Camus, qui a grandi sans père, vient de transmettre à deux jeunes orphelins l'héritage douloureux de sa propre enfance.

Pour en savoir plus :
Interview Catherine Camus Nouvel Observateur Novembre 2009
Article l’Express « Les dernières heures d’Albert Camus » Janvier 2010
Visite à Catherine Camus Nouvel Observateur Juillet 2011
Rencontre avec Catherine Camus César.fr Juin 2013

CAMUS L'AMI

« L'amitié n'est pas une simple formule, c'est le devoir d'assistance dans la peine. » in Fragment d'un combat (1938)
Camus, comme dans tout ce qu'il vivait et ce qu'il faisait, avait de l'amitié une conception d'une grande exigence. Celle-ci tenait une place prépondérante dans sa vie et de nombreux amis, intellectuels, personnalités ou anonymes ont jalonné son existence. Des rues ensoleillées d'Alger à Paris, du jeune homme engagé et bouillonnant à l'intellectuel reconnu, Camus a fait d' importantes rencontres qui ont influencé son parcours, nourri son œuvre et son cœur. En voici quelques unes...
De ses amis d' Alger, l'un des tous premiers fut Pascal Pia . Écrivain et journaliste, il rencontre Albert Camus en 1938 et l'embauche au journal L'Alger Républicain dont il est le directeur. Lui aussi a perdu son père prématurément et rapidement des liens se créent entre eux mais cette amitié ne durera que quelques années. Emmanuel Roblès, rencontré également à l'Alger Républicain fera partie de ce premier cercle d'amis algérois engagés. Issu lui aussi d'un milieu très modeste, il se lie d'amitié avec Camus qui l'encourage à se lancer dans le théâtre. Durant cette période d'engagement en Algérie nait également une amitié entre Camus et le poète Max-Pol Fouchet, rencontré alors qu'ils étaient encore étudiants tous les deux. Celui-ci fonde et anime à partir de 1939 la revue poétique « Fontaine », mensuel de la poésie et des lettres françaises, qui regroupe des écrivains résistants à Alger et qui deviendra sous l'occupation une tribune de la résistance intellectuelle. Ami de la première heure également, Roger Grenier est engagé en 1944 par Camus, qui entre temps a traversé la Méditerranée définitivement pour rejoindre l'équipe de « Combat » dont il est le rédacteur en chef et Pascal Pia le directeur. Roger Grenier deviendra par la suite lecteur chez Gallimard et consacrera plusieurs écrits et conférences à son ami trop tôt disparu. Il l'appelait « vieux frère ». Rencontré en 1945 grâce à Roger Grenier, Louis Guilloux et Albert Camus avaient beaucoup de points communs : ils étaient issus de milieux populaires et touchés par la même maladie : la tuberculose. Ils partagèrent une belle et longue amitié, ponctuée d'une importante correspondance. A partir de l'année 1943, Albert Camus effectue de nombreux voyages en France où il fait la connaissance de Jean-Paul Sartre.Tous les deux philosophes et engagés, ils entament une amitié intense mais tumultueuse. Avec Sartre l'intellectuel, l'amitié s'est effritée à force de désaccords jusqu'à la rupture définitive en 1952. Dès la fin de la guerre, l'illustre poète René Char fait partie des amis attentifs de Camus tant leurs engagements sont communs et leurs sensibilités proches. Camus et Char se portaient mutuellement une grande admiration comme en atteste la correspondance qu'il ont entretenue jusqu'à la mort accidentelle d'Albert Camus constituée de plus de 200 lettres. Dans les années d'après guerre, Camus devenu lecteur chez Gallimard et auteur reconnu, mène une vie culturelle intense, fréquente St Germain-des-Près et l'intelligentsia parisienne. C'est dans ce contexte qu'il rencontre Michel Gallimard neveu du fondateur de la maison Gallimard. Atteint de tuberculose lui aussi, celui-ci entretient avec Albert Camus une relation amicale d'une grande complicité et leurs deux familles se côtoient régulièrement. C'est d'ailleurs au retour des fêtes de fin d'années passées ensemble dans la maison de Camus à Lourmarin que Michel Gallimard mourra dans l'accident de voiture qui a aussi couté la vie à Albert Camus le 4 janvier 1960.

CAMUS L'INTIME DES LIEUX

" Je ne pourrai jamais vivre en dehors d'Alger [...] ailleurs je serai toujours en exil..." écrira-t-il à son ami Claude de Fréminville en 1932. Dans le quartier misérable de Belcourt où il passe son enfance, malgré la pauvreté, Camus est un gamin des rues qui, insouciant, parle le pataouète et apprend la vie. Né sous un soleil méditerranéen ardent et généreux, lié viscéralement à la mer comme à une maîtresse inoubliable, son oeuvre et son existence seront à jamais empreintes des couleurs infalsifiables de l'enfance. En 1937, dans ses "Noces", ode à la sensualité, à l‘union de l'homme et de la nature, à la vie dans tous ses éclats, Camus nous convie sur les chemins lumineux de Tipasa. C'est en 1940 qu'il subira le premier exil. Son journal, le "Soir Républicain" devenu trop polémique est interdit de parution et le gouverneur général lui verrouille toutes les portes. Première absurdité : pour survivre, il lui faut quitter la terre nourricière. Départ pour Paris. Il y écrit «  l'Etranger » et, dans une correspondance à sa future épouse restée en Algérie, Camus confie déjà sa nostalgie du pays originel.

Partager "Quelques notions clés_Spécimen" sur facebookPartager "Quelques notions clés_Spécimen" sur twitterLien permanent

Agrégateur de liens sur Camus

Un agrégateur qui renvoie vers des sites bien documentés sur Camus, sa vie et son œuvre.

Centre Albert Camus

Site officiel de la Cité du Livre d'Aix-en-Provence, qui conserve et met en valeur les archives d'Albert Camus.

Dossier audiovisuel France Culture

Un dossier multimédia complet pour les non francophones souhaitant mieux connaître Camus.
< Précédent | 1 | 2 | Suivant >
  • Dans quelle ville d'Algérie Albert Camus est-il né en 1913 ?

    Mondovi, aujourd'hui Dréan près d'Annaba.
    Partager "Dans quelle ville d'Algérie Albert Camus est-il né en 1913 ?" sur facebookPartager "Dans quelle ville d'Algérie Albert Camus est-il né en 1913 ?" sur twitterLien permanent
  • Quelle rencontre va pousser le jeune Albert Camus alors écolier à poursuivre ses études ?

    La rencontre avec son instituteur, Louis Germain.
    Partager "Quelle rencontre va pousser le jeune Albert Camus alors écolier à poursuivre ses études ?" sur facebookPartager "Quelle rencontre va pousser le jeune Albert Camus alors écolier à poursuivre ses études ?" sur twitterLien permanent
  • En 1937 paraît la première œuvre de Camus, une suite d'essais parlant entre autre de son quartier de Belcourt à Alger. Sous quel titre son regroupés ces essais?

    L'envers et l'endroit

    Partager "En 1937 paraît la première œuvre de Camus, une suite d'essais parlant entre autre de son quartier de Belcourt à Alger. Sous quel titre son regroupés ces essais?" sur facebookPartager "En 1937 paraît la première œuvre de Camus, une suite d'essais parlant entre autre de son quartier de Belcourt à Alger. Sous quel titre son regroupés ces essais?" sur twitterLien permanent
  • Quel roman publié en 1947 marque le premier grand succès littéraire de Camus?

    La peste



     
    Partager "Quel roman publié en 1947 marque le premier grand succès littéraire de Camus?" sur facebookPartager "Quel roman publié en 1947 marque le premier grand succès littéraire de Camus?" sur twitterLien permanent
  • En 1952, Albert Camus démissionne d'une illustres institution internationale pour protester contre la passivité des démocraties occidentales à l'égard de l'Espagne franquiste. De quelle institution internationale s'agit-il?

    L'UNESCO



     
    Partager "En 1952, Albert Camus démissionne d'une illustres institution internationale pour protester contre la passivité des démocraties occidentales à l'égard de l'Espagne franquiste. De quelle institution internationale s'agit-il?" sur facebookPartager "En 1952, Albert Camus démissionne d'une illustres institution internationale pour protester contre la passivité des démocraties occidentales à l'égard de l'Espagne franquiste. De quelle institution internationale s'agit-il?" sur twitterLien permanent
  • En quelle année Albert Camus obtient-il le prix Nobel de littérature?

    1957



     
    Partager "En quelle année Albert Camus obtient-il le prix Nobel de littérature?" sur facebookPartager "En quelle année Albert Camus obtient-il le prix Nobel de littérature?" sur twitterLien permanent
  • Engagé sur la question algérienne dès la fin des années 1930, Albert Camus s'est également battu en faveur d'une cause qui triomphera en 1981. De quelle cause s'agit-il?

    L'abolition de la peine de mort en France.



     
    Partager "Engagé sur la question algérienne dès la fin des années 1930, Albert Camus s'est également battu en faveur d'une cause qui triomphera en 1981. De quelle cause s'agit-il?" sur facebookPartager "Engagé sur la question algérienne dès la fin des années 1930, Albert Camus s'est également battu en faveur d'une cause qui triomphera en 1981. De quelle cause s'agit-il?" sur twitterLien permanent
  • Le 4 janvier 1960, Albert Camus est victime d'un accident de voiture. Quel est le titre de son dernier roman inachevé?

    Le premier Homme



     
    Partager "Le 4 janvier 1960, Albert Camus est victime d'un accident de voiture. Quel est le titre de son dernier roman inachevé?" sur facebookPartager "Le 4 janvier 1960, Albert Camus est victime d'un accident de voiture. Quel est le titre de son dernier roman inachevé?" sur twitterLien permanent
  • Dans quelle institution publique sont conservées les archives privées d'Albert Camus?

    A la Cité du Livre, à Aix-en-Provence.



     
    Partager "Dans quelle institution publique sont conservées les archives privées d'Albert Camus?" sur facebookPartager "Dans quelle institution publique sont conservées les archives privées d'Albert Camus?" sur twitterLien permanent
  • Quelle polémique a agité le monde politique et culturel en 2009 au sujet d'Albert Camus?

    Le transfert de ses cendres au Panthéon. Devant le tollé provoqué par cette tentative de récupération politique le projet n'a finalement pas abouti.



     
    Partager "Quelle polémique a agité le monde politique et culturel en 2009 au sujet d'Albert Camus?" sur facebookPartager "Quelle polémique a agité le monde politique et culturel en 2009 au sujet d'Albert Camus?" sur twitterLien permanent
Citation de Camus par Paul YoungCitation de Camus par Stan JourdanJaquette de l'Etranger par Lungstruck
Lourmarin par AbrockeStele des Noces à Tipaza par Jean-Pierre DalberTombe A.Camus par Abrocke
Jaquette de La peste par ClemcalGuillotine par Remko TanisBuste antique de Caligula par Mary Harrsch
Vue d'Alger par Omar LomaxeSisyphe par Olivier Ortelpa
Partager "Images" sur facebookPartager "Images" sur twitterLien permanent