Politique fiction

La fiction a de tout temps permis une approche critique de la société. Le XIXe siècle voit apparaître le roman politique, dans lequel il s'agit pour l'écrivain réaliste de s'inscrire dans une dimension sociétale. Certains titres de Balzac, Flaubert, Zola ou Vallès répondent, sans conteste, à cette démarche. Puis, les années 1970-80 ont été marquées par le phénomène du Néo-polar : Manchette, Daenninckx, Pouy et bien d'autres s'inscrivent dans ce courant rebelle à la politique établie. Le roman policier demeure encore aujourd'hui le vecteur majeur de cette démarche. Cette forme romanesque se prête en effet à la mise en place des mécanismes nécessaires à la fiction politique : dévoilement, démonstration, découverte...
La bande-dessinée investit de plus en plus ce créneau, et des écrivains de littérature blanche ont depuis quelques années contribué au renouveau de ce genre littéraire. Élections présidentielles, partis politiques, finance, précarité et dérive fasciste sont autant de sujets examinés, disséqués sous la plume des auteurs, pour le plus grand plaisir du lecteur. Voici quelques lectures pour parfaire vos connaissances citoyennes...

 

Auteur : Nadine Puig
E-mail : nadine.puig@ampmetropole.fr

Date : Mars 2017

Partager "Politique fiction" sur facebookPartager "Politique fiction" sur twitterLien permanent

 

A VOTE !
Voici deux auteurs, Manotti et DOA, qui unissent leurs talents pour nous conduire au plus près du pouvoir, avec L'honorable société : deux candidats s'affrontent pour la Présidence de la République, c'est le temps des promesses et des alliances... Puis un flic est assassiné. Cela a-t-il un rapport ?
Marc Dugain nous propose un duel pour la présidence dans L'emprise, et s'interroge sur la notion de pouvoir. Il récidive dans Quinquennat en décrivant un monde cruel où les hommes politiques ressemblent à des prédateurs. Dans l'ombre d' E. Philippe et G. Boyer relate les trois derniers mois d'une campagne présidentielle. Les auteurs s'y intéressent aux conseillers des candidats et aux rouages immuables du monde politique. J-H Oppel s'intéresse aussi à la préparation d'une élection présidentielle, celle de 2002. C'est French Tabloids. Une petite touche plus légère avec Isabelle Monnin, qui nous entraîne dans une soirée où amour et politique riment avec bon livre. Enfin, le livre Soumission de Michel Houellebecq nous entraîne en 2022, dans une satire politique qui interroge...

MONEY MONEY
Le nerf de la guerre, c'est l'argent. Les initiés de Thomas Bronnec nous immerge au cœur de Bercy, entourés de personnages particuliers. Jean-Louis Debré connaît le système de l'intérieur, et décrit dans Jeux de haine les connivences entre le monde du pouvoir et celui de la finance. L'argent passe aussi par des chemins plus ou moins licites, mais très lucratifs : suivons D. Manotti dans Nos fantastiques années fric. La corruption et l'amour de l'argent ne s'arrêtent pas à nos frontières. Pour preuve, Eva Joly publie un livre à quatre mains, Les yeux de Lira, dans lequel elle nous dévoile la criminalité financière. Flore Vasseur, quant à elle, décrypte la finance dans Comment j'ai liquidé le siècle. Et si c'était les traders qui détenaient le vrai pouvoir ?
J.P. Delfino nous propose un polar rafraîchissant : Touche pas à Marseille, dans lequel la ville surendettée doit trouver des solutions qui ne font pas l'unanimité.

CRIS DE COLERE
Gérard Mordillat est l'auteur d'une littérature engagée, et n'a de cesse de dénoncer les conséquences de la finance et de la mondialisation sur le quotidien des gens. Ces cris de colère se retrouvent dans Les vivants et les morts, ou La brigade du rire. C'est aussi le sujet du roman de Pascal Dessaint : Le chemin s'arrêtera là , dont l'intrigue se déroule dans les friches industrielles du Nord de la France. Quand la loi du marché laisse des pans entiers de la société sur le côté : Fabrication de la guerre civile de Charles Robinson, tandis qu'Olivier Merle choisit de traiter le thème des banlieues qui s'embrasent, dans L'esprit de l'ivresse. Dans le même esprit, Jérémie Lefebvre publie Avril, un livre drôle et intelligent qui nous entraîne dans une nouvelle révolution. La démarche d' Eric Reinhardt est complémentaire ; il porte un regard critique sur le pouvoir des grandes sociétés anonymes : Le système Victoria.

JEUX DE POUVOIR
Accéder au pouvoir demande d'acquérir une forme de respectabilité. Jérôme Leroy décrit dans Le bloc un parti d'extrême droite aux portes de l'Élysée, tandis que Benjamin Breton, dans Foudres de guerre, nous conduit au sein de l'univers contestataire gauchisant sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Nul n'est épargné !
Marc Dugain termine sa trilogie de l'Emprise, avec Ultime partie, décortiquant les manœuvres de ceux qui nous dirigent. Patrick Rotman nous parle aussi de velléités présidentielles dans son livre Un homme à histoires, se déroulant durant les années 50. Dans Réseau d'Etat, Hugues Leforestier apporte un éclairage particulier sur les conseillers du Président. Un texte satirique qui se lit avec plaisir. Côté satire, citons également les livres parodiques de Patrick Rambaud sur le quinquennat de N. Sarkozy, en particulier Chronique du règne de Nicolas 1er. Dans la même veine, l'auteur a publié plus récemment François le Petit.

BULLES POLITIQUES
Commençons par découvrir Cher pays de mon enfance, un album-reportage signé par Davodeau et Benoît, véritable immersion au sein du «  Service d'Action Civique ». Tout est dessiné...
Le Ministère des Affaires étrangères, le Quai d'Orsay, croqué par Blain et Lanzac, a eu un succès considérable - et séduit le cinéma. François Mitterand non plus n'échappe pas au dessin, mais il s'agit plutôt de nous faire découvrir l'homme qui s'approche de la mort : Mitterrand-requiem. Incontestablement, c'est sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy que la bande-dessinée politique prend de l'ampleur, et plusieurs albums lui sont consacrés, dont Sarkozy et les riches. Le phénomène est lancé, tous les Présidents auront leurs bulles... Et naturellement le Président Hollande rentre lui aussi dans des cases : Campagne présidentielle, Le château et La droite complexée. Mais nos vaillants bédéistes ne s'arrêtent pas là et envisagent les prochaines élections : La Présidente en est un aperçu.

Partager "Quelques notions clés" sur facebookPartager "Quelques notions clés" sur twitterLien permanent
  • Dominique Manotti

    Dominique Manotti est née le 23 décembre 1942 à Paris, qu’elle n’a plus quitté depuis. Elle habite le XIXe arrondissement. Après des études à la Sorbonne, elle enseigne l’histoire économique contemporaine dans une université parisienne. Elle abandonna ce métier pendant cinq années à la fin des années 70 pour se consacrer à son activité de permanente syndicale CFDT. Elle a publié en 1995 "Sombre Sentier" qui a reçu le Prix du Festival de Vienne en 1995 et le Prix du Festival de Saint-Nazaire en 1996.

    Partager "Dominique Manotti" sur facebookPartager "Dominique Manotti" sur twitterLien permanent
  • DOA

    DOA, pour "Dead On Arrival" (mort à l'arrivée), est le nom de plume d'un écrivain français de romans noirs.Son premier roman, "Les Fous d'Avril" a obtenu le Prix Agostino, prix des lecteurs, au Quai du Polar à Lyon en 2005. Son roman "Citoyens clandestins" a obtenu le Grand prix de littérature policière en 2007. Il publie en mars 2009, à la Série noire, "Le serpent aux mille coupures". En 2011, il publie avec Dominique Manotti "L'Honorable Société" qui obtient le grand prix de littérature policière 2011. Il est également scénariste de la série télévisée "Braquo".

    Source : Wikipédia

    Partager "DOA" sur facebookPartager "DOA" sur twitterLien permanent
  • Gilles Boyer

    Né de parents professeurs d'université, Gilles Boyer obtient un DESS de droit public en 1997 à l'Université de Nanterre. Conseiller politique français, il est un proche d'Alain Juppé. Il publie avec Edouard Philippe, actuel député-maire du Havre, deux polars politiques intitulés L'Heure de vérité et Dans l'ombre.

    Source :  Wikipedia

    Partager "Gilles Boyer" sur facebookPartager "Gilles Boyer" sur twitterLien permanent
  • Gérard Mordillat

    Gérard Mordillat est un romancier et cinéaste français. Né d’un père serrurier à la SNCF, Gérard Mordillat s’intéresse très vite à la littérature et au cinéma. Il publie des poèmes, travaille avec Roberto Rossellini , réalise un documentaire sur les patrons, devient responsable des pages littéraires du journal Libération, qu’il quitte dès la publication de son premier roman, Vive la sociale , en 1981. Et après l’adaptation de son livre au cinéma, il enchaîne romans, essais, fictions et documentaires pour petit et grand écran.

    Partager "Gérard Mordillat" sur facebookPartager "Gérard Mordillat" sur twitterLien permanent
  • Marc Dugain

    Marc Dugain est un réalisateur et romancier français né en 1957 au Sénégal. Il construit depuis 1999 une œuvre littéraire couronnée de succès avec des romans qui mettent en avant des personnages très variés dans des circonstances très différentes, comme un jeune officier français défiguré par un obus en 1914, un homme d'affaires britannique dépressif, ou encore John Edgar Hoover et le monde politique américain.

    Source : De plume en plume

    Partager "Marc Dugain" sur facebookPartager "Marc Dugain" sur twitterLien permanent
  • Flore Vasseur

    Flore Vasseur est née en 1973 à Annecy. Diplômée de l'Institut d'Études Politiques de Grenoble '1994) et d'HEC (1997), ancienne championne de snowboard, elle a créé à New York, à l'âge de 25 ans, sa première société de marketing. Elle a vécu à New York les attentats du 11 septembre. Depuis, installée à Paris, elle fournit des études aux grands groupes internationaux et autres cabinets de conseil et agences de publicité. Chasseuse de tendances, elle voyage dans le monde entier pour analyser les nouveaux marchés.

     

    Partager "Flore Vasseur" sur facebookPartager "Flore Vasseur" sur twitterLien permanent
  • Patrick Rambaud

    Patrick Rambaud est né en 1946. Après avoir passé seize mois dans l’armée de l’air, il décide d’entrer dans le milieu littéraire; il publie ainsi un premier livre et sert de "rewriter" dans une maison d’édition. En 1970, il se retrouve à la fondation du journal Actuel, avec Michel-Antoine Burnier, son cousin, et Jean-François Bizot. Durant 14 ans, avec Michel-Antoine, il compose des parodies et des romans historiques, qui obtiendront le prix Alexandre Dumas et le prix Lamartine (chez Grasset).

    Partager "Patrick Rambaud" sur facebookPartager "Patrick Rambaud" sur twitterLien permanent

« Le Président" avec Jean Gabin, film de 1961

Partager "Notre coup de coeur vidéo" sur facebookPartager "Notre coup de coeur vidéo" sur twitterLien permanent
Partager "Images" sur facebookPartager "Images" sur twitterLien permanent