Enquêteurs en série

Qui n'a pas rêvé un jour d'élucider un meurtre ? Le succès de nombreux jeux de rôle et de société, des jeux vidéos également, en attestent. Dans le roman policier ou la bande-dessinée, beaucoup d'enquêteurs sont devenus des légendes. Les petites cellules grises d'Hercule Poirot, la pipe légendaire du commissaire Maigret, Sherlock Holmes et son fidèle Watson entre autres, sont autant de symboles représentatifs de ce genre littéraire. La récurrence de leurs apparitions dans divers épisodes est une des raisons de leur célébrité. Les adaptations télévisées et cinématographiques de leurs aventures sont légions. Et, plus que des personnages de romans, ces héros marquent les esprits et font partie intégrante de la vie des lecteurs. Le tome ou l'épisode suivant sont attendus avec beaucoup d'impatience...
Auteurs et éditeurs, conscients de cette notoriété, ont accentué le phénomène et de nouvelles figures d'enquêteurs se sont dévoilées au fil des ans. Du roman noir au roman à énigmes, en passant par le thriller, du policier professionnel au détective amateur, ce dossier vous propose de découvrir quelques-uns de ces illustres limiers contemporains.

Auteur : Didier Invernizzi
E-mail : didier.invernizzi@ampmetropole.fr
 Publication : Décembre 2017

Partager "Enquêteurs en série" sur facebookPartager "Enquêteurs en série" sur twitterLien permanent

L'inspecteur mène l'enquête

Quel que soit son grade, le travail de l'inspecteur est de démasquer le meurtrier. Il peut avoir un côté dandy et séducteur. Tel est le cas de Nicolas Le Floch, dans la série de polars historiques de Jean-François Parot. L'inspecteur Chen Cao de l'auteur chinois Qiu Xiaolong est un lettré et aussi un fin gourmet. Le commissaire Guido Brunetti de Donna Leon a un sacré caractère et apprécie la cuisine de son épouse. La particularité de l'inspecteur Rebus de Ian Rankin est l'empathie dont il fait preuve à l'égard des meurtriers qu'il côtoie, source de conflit avec sa hiérarchie. Carl Morck, de Jussi Adler Olsen, a aussi du tempérament, et un franc parler pas toujours au goût de ses collègues. Quant à Walt Longmire, il est du genre posé et taiseux. Le shérif de Craig Johnson mène ses enquêtes dans les plaines du Wyoming.

Héros ou antihéros ?

Loin du héros conventionnel, le détective privé est souvent cynique et désabusé. L'Irlandais Sam Millar s'inspire de sa vie tourmentée pour mettre en scène dans une trilogie un dur à cuire, Karl Kane. Charlie Parker, personnage phare de l'œuvre de John Connolly est, lui, meurtri par la mort de sa femme et de sa fille. A l'instar d'Harry Bosch de Michael Connelly ou de Dave Robicheaux de James Lee Burke, l'enquêteur professionnel a parfois aussi des manières peu orthodoxes pour découvrir le meurtrier. Dépressifs, alcooliques, bourrus ou nonchalants, la plupart ne donnent pas l'image d'un surhomme. Erlendur d'Arnaldur Indridason, Kurt Wallander d'Henning Mankell, Adamsberg de Fred Vargas ou Harry Hole de Jo Nesbo montrent leurs failles.

L'amateur éclairé n'est jamais loin

Il s'agit ici d'un enquêteur en dilettante. Il se retrouve toujours là où un crime est commis. Ses déductions permettent régulièrement de remettre sur la bonne piste les autorités compétentes. Sidney Chambers, le héros de James Runcie est pasteur. Myron Bolitar de Harlan Coben est un ancien joueur de basket devenu agent sportif. Et ceux de Stieg Larsson dans la saga Millenium comptent un journaliste et une hackeuse. Les principales qualités de l'amateur sont d'être méthodique, observateur et persévérant, un brin maniaque parfois... Ou complètement farfelu comme Agatha Raisin, quinquagénaire issue de l'imagination de M.C.Beaton. Et que dire de Mémé Cornemuse, la Calamity Jane belge de Nadine Monfils, ou encore de Charlotte Pitt d'Anne Perry, la suffragette indocile refusant les codes de l'Angleterre victorienne ?

L'humour est aussi une arme redoutable

Certains écrivains de romans policiers utilisent l'humour et l'ironie à souhait. Venu de Sicile, le truculent commissaire Montalbano, personnage d'Andrea Camilleri, a la fougue et la gourmandise d'un méditerranéen. Mais l'humour sert aussi à l'auteur pour dénoncer les travers de notre société. Ancien policier reconverti en détective privé, Bernie Gunther de Philip Kerr manie l'ironie avec dextérité. Varg Veum, à qui Gunnar Staalesen a consacré une série, en fait de même. Petra Delicado, elle, l'adopte pour s'imposer dans un milieu professionnel plutôt masculin dans les romans d'Alicia Gimenez Bartlett. Dennis Lehane avec Kenzie et Gennaro, deux amis d'enfance devenus détectives privés et Donald Westlake avec John Dortmunder et son équipe de bras cassés jouent, quant à eux, avec l'humour noir et les situations cocasses.

Des fins limiers aussi dans la bande-dessinée

Le support s'y prête bien, et le ton humoristique y est largement représenté. Dans Un privé à la cambrousse, en trois volumes, Bruno Heitz narre les aventures rurales et singulières du privé Hubert sur sa mobylette. La série Soda de Tome compte 13 tomes. Soda est le diminutif du personnage principal Solomon David qui fait croire à sa mère qu'il n'est qu'un simple pasteur pour ne pas l'effrayer. Plus récemment, Canales et Guardino ont créé un polar animalier, Blacksad, un privé aux traits d'un chat noir, héros sombre et solitaire. Djian est l'auteur de la série Les 4 de Baker Street dans laquelle des adolescents officient auprès de Sherlock Holmes. Le manga, lui non plus, n'est pas en reste. Naoki Urasawa a réalisé une œuvre majeure avec Monster. Les français Rémi Guerin et Guillaume Lapeyre mettent en scène Jules Verne et Conan Doyle pour résoudre des enquêtes dans City Hall.

Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent

 

L'inspecteur mène l'enquête

Quel que soit son grade, le travail de l'inspecteur est de démasquer le meurtrier. Il peut avoir un côté dandy et séducteur. Tel est le cas de Nicolas Le Floch, dans la série de polars historiques de Jean-François Parot. L'inspecteur Chen Cao de l'auteur chinois Qiu Xiaolong est un lettré et aussi un fin gourmet. Le commissaire Guido Brunetti de Donna Leon a un sacré caractère et apprécie la cuisine de son épouse. La particularité de l'inspecteur Rebus de Ian Rankin est l'empathie dont il fait preuve à l'égard des meurtriers qu'il côtoie, source de conflit avec sa hiérarchie. Carl Morck, de Jussi Adler Olsen, a aussi du tempérament, et un franc parler pas toujours au goût de ses collègues. Quant à Walt Longmire, il est du genre posé et taiseux. Le shérif de Craig Johnson mène ses enquêtes dans les plaines du Wyoming.

Héros ou antihéros ?

Loin du héros conventionnel, le détective privé est souvent cynique et désabusé. L'Irlandais Sam Millar s'inspire de sa vie tourmentée pour mettre en scène dans une trilogie un dur à cuire, Karl Kane. Charlie Parker, personnage phare de l'œuvre de John Connolly est, lui, meurtri par la mort de sa femme et de sa fille. A l'instar d'Harry Bosch de Michael Connelly ou de Dave Robicheaux de James Lee Burke, l'enquêteur professionnel a parfois aussi des manières peu orthodoxes pour découvrir le meurtrier. Dépressifs, alcooliques, bourrus ou nonchalants, la plupart ne donnent pas l'image d'un surhomme. Erlendur d'Arnaldur Indridason, Kurt Wallander d'Henning Mankell, Adamsberg de Fred Vargas ou Harry Hole de Jo Nesbo montrent leurs failles.

L'amateur éclairé n'est jamais loin

Il s'agit ici d'un enquêteur en dilettante. Il se retrouve toujours là où un crime est commis. Ses déductions permettent régulièrement de remettre sur la bonne piste les autorités compétentes. Sidney Chambers, le héros de James Runcie est pasteur. Myron Bolitar de Harlan Coben est un ancien joueur de basket devenu agent sportif. Et ceux de Stieg Larsson dans la saga Millenium comptent un journaliste et une hackeuse. Les principales qualités de l'amateur sont d'être méthodique, observateur et persévérant, un brin maniaque parfois... Ou complètement farfelu comme Agatha Raisin, quinquagénaire issue de l'imagination de M.C.Beaton. Et que dire de Mémé Cornemuse, la Calamity Jane belge de Nadine Monfils, ou encore de Charlotte Pitt d'Anne Perry, la suffragette indocile refusant les codes de l'Angleterre victorienne ?

L'humour est aussi une arme redoutable

Certains écrivains de romans policiers utilisent l'humour et l'ironie à souhait. Venu de Sicile, le truculent commissaire Montalbano, personnage d'Andrea Camilleri, a la fougue et la gourmandise d'un méditerranéen. Mais l'humour sert aussi à l'auteur pour dénoncer les travers de notre société. Ancien policier reconverti en détective privé, Bernie Gunther de Philip Kerr manie l'ironie avec dextérité. Varg Veum, à qui Gunnar Staalesen a consacré une série, en fait de même. Petra Delicado, elle, l'adopte pour s'imposer dans un milieu professionnel plutôt masculin dans les romans d'Alicia Gimenez Bartlett. Dennis Lehane avec Kenzie et Gennaro, deux amis d'enfance devenus détectives privés et Donald Westlake avec John Dortmunder et son équipe de bras cassés jouent, quant à eux, avec l'humour noir et les situations cocasses.

Des fins limiers aussi dans la bande-dessinée

Le support s'y prête bien, et le ton humoristique y est largement représenté. Dans Un privé à la cambrousse, en trois volumes, Bruno Heitz narre les aventures rurales et singulières du privé Hubert sur sa mobylette. La série Soda de Tome compte 13 tomes. Soda est le diminutif du personnage principal Solomon David qui fait croire à sa mère qu'il n'est qu'un simple pasteur pour ne pas l'effrayer. Plus récemment, Canales et Guardino ont créé un polar animalier, Blacksad, un privé aux traits d'un chat noir, héros sombre et solitaire. Djian est l'auteur de la série Les 4 de Baker Street dans laquelle des adolescents officient auprès de Sherlock Holmes. Le manga, lui non plus, n'est pas en reste. Naoki Urasawa a réalisé une œuvre majeure avec Monster. Les français Rémi Guerin et Guillaume Lapeyre mettent en scène Jules Verne et Conan Doyle pour résoudre des enquêtes dans City Hall.

Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent