Bibliothécaire, un métier d'avenir

Finie l'image de la vieille bibliothécaire aigrie trônant au milieu des étagères poussiéreuses surchargées de livres...Le métier a considérablement évolué ces dernières décennies et son champ d'activités continue de s'étendre et de se diversifier.
Les bibliothécaires sont devenu-e-s médiathécaires, aguerri-e-s aux technologies du numérique et aux nouvelles pratiques médiatiques, sans pour autant sacrifier à cette mission cardinale : la diffusion publique de la connaissance. C'est aujourd'hui un métier à dominante relationnelle, qui requiert d'avoir « le goût des autres », dans un esprit de service, de partage et de convivialité sociale. C'est un métier multifonction, nécessairement proactif : veille informationnelle, ingénierie documentaire, publication de contenus, formation des utilisateurs, action culturelle... Et c'est un métier ouvert et évolutif par nature, car étroitement lié à la vie des connaissances, à la diffusion de l'information, aux usages des publics, au développement partenarial, à la mutation des territoires.

On ne s'improvise donc pas bibliothécaire ; comme dans toute profession, il faut choisir son cursus de formation, passer des concours, candidater à une offre d'emploi, pratiquer son métier et ...continuer de se former !

Auteur : Laurence Blain
E-mail : laurence.blain@ampmetropole.fr
Publication : Juillet 2017

Partager "Bibliothécaire, un métier d'avenir" sur facebookPartager "Bibliothécaire, un métier d'avenir" sur twitterLien permanent

Découvrir les différents statuts du métier de bibliothécaire

Le bibliothécaire a généralement un statut de fonctionnaire. Il peut dépendre de la Fonction Publique d’État ou de la Fonction Publique Territoriale. Le fait d'appartenir à l'une ou l'autre de ces fonctions publiques induit des missions et contextes différents :
- Le bibliothécaire territorial travaille dans un établissement municipal ou intecommunal, à l'exemple de la MIOP. Il peut également exercer dans des BDP (Bibliothèques Départementales de Prêt), dont voici les missions. Le bibliothécaire de la Ville de Paris relève également de la fonction publique territoriale mais son emploi est régi par des statuts particuliers ; il appartient notamment à des corps, non à des cadres d’emplois.
- Le bibliothécaire d'Etat travaille dans une bibliothèque universitaire, à la BPI (Bibliothèque Publique d'Information) ou encore à la BNF (Bibliothèque Nationale de France). Il peut aussi exercer dans des bibliothèques spécialisées ou dans des BMC (Bibliothèques Municipales Classées), dotées de fonds documentaires appartenant à l'Etat. Notons que des passerelles permettent de passer d'une fonction publique à l'autre, bien que ce recours reste assez marginal.

► Les référentiels des emplois-type en bibliothèque

► Le métier dans ses aspects psychosociologiques
► L'évolution et la diversité des profils interpelle la profession

Choisir une formation au métier des bibliothéques

Le temps où la principale vertu -sinon compétence- du bibliothécaire était de proclamer son amour du livre est aujourd'hui révolu. Le métier requiert désormais des compétences spécifiques qui peuvent s'acquérir avant même de présenter des concours. Plusieurs voies de diplôme s'offrent ainsi à l'étudiant, telles que les DUT Information-communication (option métiers du livre et du patrimoine), les DU Assistant-Bibliothécaire ou les formations de niveau Master I et II, dispensées par l'ENSSIB. L'ABF (Association des Bibliothécaires Français) propose également des formations diplômantes, accessibles aux personnels non qualifiés, exercant dans un établissement public. 
La littérature professionnelle apporte aussi sa contribution à la formation initiale, à commencer par cet ouvrage de référence, à caractère synthètique, ou ces nombreuses publications, aux contenus plus spécialisés (voir ici ou ). La presse professionnelle n'est pas en reste sur les questions du métier, sans compter la force vive des blogs et autres forums.
► La fiche du CIDJ
► Le portail de la formation continue aux métiers des bibliothèques et de la documentation

Préparer et réussir les concours de la fonction publique

Le diplôme est la première partie du périple pour obtenir un emploi de bibliothécaire (au sens générique du terme). Dans un deuxième temps, il faut se préparer aux concours de la fonction publique. Ces concours sont programmés tous les deux ou trois ans selon le grade. Le niveau de recrutement monte ou descend en fonction du nombre de postes ouverts et du nombre de candidats.
Les concours des métiers des bibliothèques se répartissent en trois grandes catégories :

Quels sont les ingrédients pour réussir un concours de bibliothécaire ?
Culture générale et maîtrise de l'expression écrite et orale sont des conditions indispensables, auxquelles il faut ajouter une connaissance sérieuse des institutions et une méthodologie appliquée, sans négliger la bonne gestion du temps. L'ENSSIB met à disposition des candidats un document très complet pour optimiser cette préparation. Il existe aussi de nombreuses bibliographies, en voici une, ainsi que des exemples de copies sélectionnées par les jurys. Les rapports des jurys de concours des bibliothèques sont aussi de précieux atouts, sans oublier l'offre du CNED.
► Organismes de préparation aux concours des bibliothèques
► Toute l'actualité sur les métiers et les concours des bibliothèques

Accèder à un emploi

Selon que vous avez été admis-e dans la FPE ou dans la FPT, les conditions de votre recrutement seront différentes. L’État vous proposera un poste en fonction de votre classement et de vos vœux. Dans la FPT, les lauréats du concours sont inscrits sur une liste d'aptitude et doivent répondre aux offres d'emploi proposées par les collectivités territoriales (voir cet exemple d'emploi à la MIOP). Le magazine « La Gazette des communes » en propose chaque semaine. En voici quelques exemples, issus de la filière culturelle. Notez également ces trois ressources incontournables en termes d'offres d'emploi en bibliothèques : celles du FNCDG, de l'ENSSIB et de l'ADBU. Si votre candidature est retenue, vous serez alors convoqué-e pour un entretien avec un jury, composé généralement d'élus et de professionnels. Cet ultime obstacle doit être franchi avec le meilleur entraînement.
Comme dans de nombreux domaines professionnels, la mobilité est souvent indispensable. Certains postes sont contractuels et permettent d'acquérir une expérience professionnelle. Les agents de catégorie C sont souvent recrutés sans qualification particulière et peuvent par voie interne se former et/ou préparer des concours. Et ainsi évoluer statutairement.
Voici une liste de sites pour vous aider dans votre recherche.
Les différentes études de l'Inspection Generale des Bibliotheques peuvent également vous accompagner dans la connaissance du métier et de ses enjeux.
D'autres perspectives d'emploi :
► Travailler en bibliothèque ou en documentation
► Travailler en bibliothèque sans concours
► Travailler en bibliothèque à l'international

Évoluer sans cesse avec le métier

C'est peu dire que le monde des bibliothèques s'est transformé ces trente dernières années. Les lois de décentralisation et la volonté des acteurs publics (élus et professionnels) de promouvoir l'accès pour tous à la lecture ont permis un développement sans précédent des médiathèques sur le territoire français. Et la profession porte un regard très actif sur cette évolution en continue du métier des bibliothèques (voir ici, et ou encore ).
Dégagé de certaines tâches (catalogage, transaction des documents...), le professionnel peut aujourd'hui développer plus activement et formellement la politique documentaire de son établissement comme celle de l'action culturelle, à l'instar de la MIOP, apportant ainsi une forte plus-value aux services documentaires existants (collections et médiations). Loin de l'image austére des siècles passés, les médiathèques deviennent ainsi, dans leur majorité, des équipements culturels dits "hybrides" ou "troisième lieu" et la dynamique de mise en réseau vient accompagner, sinon accèlerer, cette mutation des organisations et des services.
L'un des éléments les plus marquants de ces dernières années est la présence de ces institutions culturelles sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter, Instagram), sans compter la participation des bibliothécaires à des groupes professionnels, tels que « Tu sais que tu es bibliothécaire quand... » ou « Brèves de bibliothécaires en service public ».
La médiathèque gagne ainsi en visibilité sur le Web, en diffusant notamment ses conseils de lecture et autres dossiers documentaires, produits (par exemple ici, ou ) par des bibliothécaires avisés, ainsi en capacité de transposer leurs savoirs sur le web comme d'en maîtriser les composantes techniques et rédactionnelles.
De son côté, l'usager devient de plus en plus "consommaCteur", adepte des services de suggestions d'achat ou de questions-réponses, tels que proposés ici ou , sur les portails des médiathèques. Des établissements s'ouvrent aux jeux vidéos, quand d'autres établissements investissent les fablab. La question de l'innovation devient ainsi un axe important de la réflexion professionnelle, à l'image de ce mémoire d'étude ou de cette plateforme des projets innovants qui reflètent la diversité des services aujourd'hui offerts à la population. A chaque bibliothécaire de s'emparer de cette évolution, en suivant la presse spécialisée, en participant aux journées d’études de l'ABF, ou en se formant dans les nombreux centres régionaux, tels que recensés sur le site Bibdoc.
► Enquête sur les Publics et les usages des bibliothèques municipales en 2016

► Y-a-t-il encore des livres dans les bibliothèques ?
► Etre bibliothécaire, demain

Métiers en (r)évolutions
Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent