Les médecines douces


« La santé dans l'homme est un état donné par la nature, laquelle n'emploie pas d' agents étrangers mais une certaine harmonie entre l'esprit, la force vitale et l'élaboration des humeurs » (Hippocrate)
Les médecines douces, d'origine orientale pour la plupart, sont de plus en plus en vogue dans nos pays occidentaux. Le souhait de se soigner autrement s'inscrit dans la même logique que le désir de protéger l'environnement. Deux français sur trois ont recours aux médecines dites alternatives, certaines sont de plus en plus présentes à l'hôpital, annonçant un nouveau concept : la médecine intégrée où le patient est pris en charge dans sa globalité. Dans cette multitude de médecines douces, les compétences des praticiens, l'innocuité des produits et les actes accomplis ne doivent pas être préjudiciables à la santé. Ce dossier, à travers la phytothérapie, l'homéopathie, l'acupuncture et les thérapies manuelles, permet de mieux appréhender ce nouvel engouement.   

Auteur : Audrey Ferretti
E-mail : audrey.ferretti@ouestprovence.fr 
Publication : Juin 2012
Mise à jour : Avril 2017

Partager "Les médecines douces" sur facebookPartager "Les médecines douces" sur twitterLien permanent

La phytothérapie

C'est une science qui dès le début de l'humanité a permis de soigner les hommes. La nature nous offre les espèces, l'homme, par sa science et son savoir trouve l'alchimie parfaite pour en  fabriquer les remèdes. La meilleure utilisation d'une plante est celle qui en préserve toutes les propriétés en permettant l'extraction et l'assimilation de ses principes actifs.

L'homéopathie

Elle repose sur trois principes fondamentaux : la similitude, les hautes dilutions et la globalité. Sa caractéristique principale est de traiter l'individu et non plus la lésion. C'est une science basée sur des études toxicologiques et expérimentales bien recensées, dont seuls les médecins homéopathes ont une connaissance globale et exhaustive. Elle est une des médecines douces dont l'utilisation ne cesse de croitre en Europe.

L'acupuncture

C'est une des techniques de médecine alternative les plus reconnues dans nos pays occidentaux. Elle consiste dans la stimulation de points spécifiques de l'organisme, en introduisant en général des aiguilles très fines dans la peau et les tissus sous-jacents. Comment pratique t-on l'acupuncture ? Comment se déroule une séance ?

Les thérapies manuelles

Utilisées à la fois de manière préventives ou thérapeutiques, elles sont  très en vogue. Avec la seule utilisation de leurs mains, les thérapeutes possèdent différentes techniques. Parmi celles-ci, le shiatsu  et l'ayurveda, le premier est utilisé depuis des millénaires en Extrême Orient. C'est une technique qui utilise le toucher pour rétablir la circulation de l'énergie vitale dans les zones du corps où celle-ci se trouve en manque ou en excès... Le second est une médecine traditionnelle indienne dont les origines remontent à plus de 4000 ans. Elle est fondée sur la théorie selon laquelle la maladie est due au déséquilibre de la force vitale corporelle.  L'ayurveda  emploie des plantes médicinales, les massages, le yoga et le drainage intérieur pour restaurer l'équilibre entre l'organisme et la nature.

Partager "Notions clés" sur facebookPartager "Notions clés" sur twitterLien permanent

 

Seules l'acupuncture et l'homéopathie sont reconnues comme orientations médicales, il faut donc rester vigilant et commencer par s'assurer que les médecins sont inscrits au Conseil de l'Ordre. Certaines pratiques douteuses doivent vous alerter : les discours « pseudo-médicaux », la prise de médicaments « secrets » (dont la composition n'est pas connue), les cures « secrètes », les honoraires astronomiques, une demande de modification radicale de vos habitudes de vie ou de votre alimentation; on ne doit pas vous demander de vous éloigner de vos proches, d'assister à des séminaires, d'investir (livres, DVD)... En cas de doute n'hésitez pas à contacter la Miviludes.
Les thérapeutes se doivent de donner un diagnostic précis et correct,  de maitriser les instruments thérapeutiques et ne doivent avoir aucune influence autre que sur votre santé, respectant ainsi le principe d' Hippocrate « primum non nocere » « d'abord ne pas nuire ».
 

Partager "Comment bien choisir son praticien ?" sur facebookPartager "Comment bien choisir son praticien ?" sur twitterLien permanent

 

Dans la majeure partie des cas, l'association allopathie/phytothérapie est compatible et même complémentaire.  La phytothérapie peut venir soulager certains effets secondaires induits par les traitements allopathiques (nausées, vomissements, fatigue...) permettant ainsi une meilleure tolérance de son  traitement.
Pour autant, certaines associations sont  fortement contre-indiquées, elles peuvent soit diminuer l'efficacité du traitement allopathique soit en contrarier l'effet. Dans tous les cas, il convient de demander conseil à son médecin ou son pharmacien.
(Source : Temps Libre – Mai 2007)

Partager "Peut on associer allopathie et phytothérapie ?" sur facebookPartager "Peut on associer allopathie et phytothérapie ?" sur twitterLien permanent

 

Le principe de l'hypnose est un état de veille et de conscience dans lequel le sujet se détache de son environnement pour fonctionner à un niveau inconscient. C'est un état modifié de conscience léger (rêverie, transe hypnotique légère ou plus profonde) .
L'inquiétude la plus répandue est le sentiment de perdre le contrôle de soi-même, pourtant on reste conscient du début à la fin de la séance et les résultats ne sont visibles que si l'on décide vraiment de changer les choses. Inutile de consulter sans une profonde motivation.
(source : Science et Vie – Mars 2006)

Partager "L' Hypnose  est elle dangereuse ?" sur facebookPartager "L' Hypnose  est elle dangereuse ?" sur twitterLien permanent

 

Se soigner par les plantes semble être anodin, pourtant certaines d'entre-elles sont toxiques et parfois mortelles (Belladone, bryone, ciguë, laurier-cerise...).
Afin d'éviter tout problème,  il convient de se renseigner auprès d'un professionnel de santé, de toujours respecter les posologies et les précautions d'emploi. Les plantes peuvent être utilisées seules (tisane, infusion, décoction, gélules) mais sont très souvent incluses dans les compléments alimentaires. Pensez à bien vérifier la composition des produits que vous utilisez afin d' éviter les surdosages et les interactions avec d'autres traitements.
Certaines plantes ont des effets secondaires non négligeables, d'autres ne doivent pas être utilisées en période de grossesse ou d'allaitement. Achetez avec prudence  les produits que vous trouvez sur Internet, certains sont des contrefaçons qui échappent  aux contrôles sanitaires et aux réglementations en vigueur.

Partager "Les plantes sont elles toujours inoffensives ?" sur facebookPartager "Les plantes sont elles toujours inoffensives ?" sur twitterLien permanent